Le Nouvel Economiste
3 Février 2011 - n°1552

L'envolée des grands crus du Bordelais
De l'or en bouteille
A la croisée de la finance, de l'art de vivre et de la culture

Nouvel Economiste Février 2011 Ralph Saad R&S Corp
Performances. Rendement. Groupement foncier viticole.
Au-delà de sa valeur culturelle, le vin haut de gamme est en passe de devenir un placement strictement financier. Il n'est plus seulement réservé à une élite d'amateurs éclairés. Affichant des rendements annuels moyens de 15% depuis quinze ans, cet investissement serait plus sûr et plus rentable que l'immobilier. Mais il faut rester prudent car la crise de 2008 a montré que les placements dans le vin étaient désormais corrélés à l'économie et qu'ils n'étaient pas à l'abri du krach financier global ou de l'éclatement de la bulle spéculative autour des grands crus du Bordelais. Amoureux du bon vin ou simple investisseur, tout particulier souhaitant miser sur ce marché devra parier sur le long terme et diversifier son portefeuille pour espérer en tirer le meilleur profit.

Alors que le CAC 40 compense péniblement les pertes enregistrées durant la période 2008-2009, le marché des grands crus français est en forte progression. Il atteint même des plus hauts jamais vus jusqu'à présent (soit 25% de plus que son plus haut de 2008). A tel point qu'il est devenu un domaine d'investissement reconnu et prisé.


Rentable et spéculatif
[...] Et de fait, les sociétés financières qui misent sur le vin affichent depuis deux ans une santé insolente ainsi que des rendements à la fois stables et séduisants. " Nous proposons aussi bien aux particuliers qu'aux entreprises des créations de portefeuilles en vin avec des rendements qui vont de 10 % pour les plus prudents et jusqu'à 50 % pour les plus aventureux ", révèle Ralph Saad, associé gérant chez R&S Corp. [...] Cette bonne santé du secteur s'explique par l'exceptionnel succès des grands vins de Bordeaux, notamment au cours des trois dernières années. Des premiers crus comme Lafite Rothschild s'achètent désormais à plus de 1000 (HT) en primeur.[...]

L'exceptionnelle hausse du prix des bouteilles de premiers crus classés est surtout due à l'explosion du marché chinois. "Depuis 2008, les riches investisseurs et la clientèle aisée chinoise sont devenus férus de grands crus bordelais, notamment du Lafite Rothschild. Il ne serait pas étonnant d'assister à un rattrapage des autres grands crus classés au cours des prochaines années", explique Ralph Saad. [...]

Cependant pour [...] Ralph Saad, les fondamentaux du marché restent bons et un investisseur sera toujours gagnant s'il mise sur le long terme. L'équation est en effet simple : l'offre est limitée alors que la demande explose. Si un krach peut momentanément perturber le marché, il repartira mécaniquement à la hausse une fois la tempête passée.

Une affaire de professionnels
Au vu de ces perspectives encourageantes, certains seraient tentés de s'improviser investisseurs sur le marché du vin. Mais plus encore que pour des actifs comme les actions ou l'immobilier, il faut être un véritable spécialiste pour gérer de manière efficace son portefeuille de grands crus. [...] Cependant, si vous êtes un amateur éclairé, il est désormais possible de gérer efficacement votre portefeuille en direct. Car s'il reste moins liquide que le marché actions, le marché des grands crus devient de plus en plus fluide du fait de l'avènement d'Internet. Il est notamment possible d'acheter et de vendre des bouteilles [...]. Les investisseurs sont confrontés à une question de taille : celle du stockage. Les grands crus doivent être en effet être conservés dans des conditions optimales, tant au niveau de la température que de l'hydrométrie. [...]

Désireux d'attirer les amateurs éclairés souhaitant gérer eux-mêmes leurs portefeuilles, les professionnels ont taillé des contrats à leur mesure. "Chez R&S Corp., nous proposons à nos clients soit de prendre en charge toute la création du portefeuille et sa gestion, soit de lui laisser la liberté de le gérer lui-même. Dans ce dernier cas, nous jouons le rôle d'intermédiaire dans le processus d'achat et de revente future de ses vins", analyse Ralph Saad. A charge pour R&S Corp. de faire profiter aux professionnels de ses prix et de stocker leurs bouteilles dans des conditions de stockage optimales.

[...] Une solution est donc d'investir aussi dans des vins de régions fameuses, mais moins sujettes à la spéculation comme le Rhône, la Bourgogne ou la Champagne. Moins attrayantes en phase d'accélération, ces références protègeront votre portefeuille en période de baisse. "Certains millésimes de Champagne comme le Salon-Mesnil ou le Dom Pérignon 1996 sont très recherchés et cotés sur le marché", confirme Ralph Saad. Il est également suggéré de diversifier son portefeuille en achetant des vins très demandés. D'un prix variant entre 50 et 100 euros, ces vins de gamme sont acquis pour être consommés par des amateurs. Or, contrairement aux spéculateurs, ils continueront de boire du bon vin en période de crise, même s'ils feront plus attention. Autre règle d'or : miser sur le long terme. Il est bien sûr possible de spéculer sur un millésime à court terme, mais c'est un pari risqué. "Même s'il est possible d'engranger des plus-values en l'espace de six mois, nous conseillons plutôt à nos clients d'investir sur une période allant de deux à quatre ans", prévient Ralph Saad.[...]

Car la vie d'un millésime de grand cru classé bordelais suit une mécanique bien huilée. Juste après la période des primeurs, lorsque les bouteilles vieillissent au château, on observe généralement une tension sur les prix. Puis quand le vin revient sur le marché au bout de deux ans, il baisse car les gens qui l'ont acheté pour spéculer le revendent. Le vin reprend sa hausse trois et quatre ans après sa mise en bouteille. Le millésime devient de plus en plus rare avec les années puisque beaucoup de bouteilles sont bues et il prend donc de plus en plus de valeur. [...]

A la croisée de la finance, de l'art de vivre et de la culture, le vin est devenu un placement sur lequel tout type d'investisseur peut désormais spéculer. A ses risques et périls s'il agit à l'aveugle. Mais bien conseillé par des professionnels et disposé à parier sur le long-terme, il saura tirer profit de l'insolente santé des grands crus du Bordelais.

Chiffres Révélateurs :
Le marché des grands vins croît de 15% par an en moyenne. Il représente environ 200 Ms $ par an. Chacun des 5 grands crus du Bordelais produit environ 100 000 bouteilles par an. Une caisse de Château-Lafite Rothschild 2009 valait 12 000 euros en primeur.

Par Fabien Humbert
Monaco Investissement vin
R&S Corp. | Copyright © 2010 - Tous droits réservés | Conception Interactive Capital